Mercredi 02 décembre 2020

En Suède, le nombre de femmes pasteures vient de dépasser celui de leurs homologues masculins. Elles représentent désormais 50,1 % des prêtres de l’Église luthérienne suédoise, la plus importante au monde. Cette nouvelle peut paraître anecdotique, mais elle revêt aussi un caractère symbolique important. Ce qui était de l’ordre de l’exception et faisait encore l’objet de controverses il y a quelques décennies, est devenu la règle en 2020. La majorité a changé de camp, ou plutôt de sexe. C’est l’occasion de retracer l’histoire de l’accès des femmes à l’ordination dans les différentes Églises protestantes, et aussi de nous interroger sur le contraste de plus en plus affirmé avec un clergé catholique exclusivement masculin. 

Publié dans ANALYSES
jeudi, 07 mars 2019 07:07

L’imamat féminin

En France, la question de « l'imamat féminin » est discutée depuis l'annonce, début janvier 2019, du projet d’une islamologue, Kahina Bahloul, et d’un journaliste, Faker Korchane, de fonder une mosquée inclusive où la prière serait dirigée alternativement par une femme et un homme. Ce qui est encore un projet en France, à savoir de permettre aux femmes d'assumer le rôle d’imam et de diriger hommes et femmes dans la prière, est pourtant déjà une réalité dans d'autres pays.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

La Revue Nouvelle consacre son numéro de septembre-octobre 2014 au thème « Parler vrai dans l’Église catholique ». Bien entendu, le clergé est resté un organe exclusivement masculin, mais on peut néanmoins s’étonner, en ce début de XXIe siècle, de ne voir apparaître dans le dossier aucune femme… que ce soit en tant que sujet ou qu’auteure. Dans le contexte agité autour de ce que l’Église catholique romaine appelle aujourd’hui la « théorie du genre », on ne peut qu’être frappé que soient oubliés les femmes et les hommes qui ont tenté de faire entendre la voix du féminisme et de l’égalité à l’intérieur de leur Église. Cette omission est d’autant plus surprenante qu’elle vient d’une revue qui jadis ouvrit sa tribune aux membres de l’une des associations les plus actives dans ce domaine : l’association franco-belge Femmes et Hommes dans l’Église (FHE), qui milite depuis plus de quarante ans au croisement du féminisme de la deuxième vague et du courant conciliaire.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES
Aller au haut