Mercredi 12 mai 2021

Hans Küng, un théologien suisse mondialement connu, est décédé le 6 avril 2021 à Tübingen, dans cette ville universitaire allemande si étroitement liée à une carrière exceptionnelle qui a commencé en 1960 avec la nomination de Küng comme professeur de théologie fondamentale, à l’âge de trente-deux ans. Certains le considèrent surtout comme un rebelle dans une Église catholique qui lui a retiré la missio canonica (l’autorisation d’enseigner la théologie) en décembre 1979. D’autres retiennent plutôt le travail d’un intellectuel qui a développé le projet d’une éthique planétaire depuis 1990. L’œuvre polyvalente de cet auteur prolifique restera disponible pour celles et ceux qui souhaitent l’étudier dans les vingt-quatre volumes d’une édition complète en allemand, ou les traductions de la majorité de ses livres dans de multiples langues.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

Pour la troisième année consécutive, la Conférence des Évêques de Belgique a publié au mois de novembre son Rapport annuel sur l’Eglise catholique en Belgique, une opération de communication qui nous en apprend beaucoup sur cette institution, et pas seulement grâce aux chiffres qu’elle fournit pour l’année 2019. Depuis trois ans, c’est sous le signe du dynamisme et de la vitalité de la communauté catholique que s’inscrivent ces rapports, pédagogiques et colorés, contrebalançant des chiffres en berne par un discours optimiste louant l’engagement des fidèles et prédisant la « transition » qualitative qui s’opère au sein de l’Église. 

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

C’était il y a trente ans, à Bruxelles. Le 30 mars 1990, au milieu de la journée, le Premier ministre belge Wilfried Martens convoque les cinq vice-Premiers ministres qui composent son Gouvernement. Il leur lit une lettre signée par le chef de l’État, le roi Baudouin, courrier dans lequel le roi des Belges signifie au Gouvernement qu’il ne contresignera pas la loi dépénalisant partiellement l’interruption volontaire de grossesse, un texte adopté quelques jours plus tôt au Parlement. Ce courrier inédit du roi constitue un épisode symbolique décisif d’une saga qui a alors polarisé la société belge et la vie politique belge depuis vingt ans ; il aurait pu, si le Gouvernement n’avait pas usé d’un subterfuge institutionnel pour contourner le refus royal, ouvrir une crise constitutionnelle grave pour le pays.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

L’Église catholique belge vient de faire paraître son deuxième rapport annuel. Comme l’année dernière, le document consiste en un peu moins d’une centaine de pages richement illustrées, qui présentent une série de données chiffrées relatives à l’évolution de la vie de l’Église. En comparaison avec l’édition 2018, le rapport de cette année s’est enrichi de quelques éléments complémentaires, et de références aux événements qui ont rythmé la vie de l’Église durant cette année-là. Outre le rôle croissant des femmes au sein de l’Église, dimension mise en avant par les rédacteurs, le rapport interpelle par les taux de pratique particulièrement bas qui y sont indiqués.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

Le changement politique de cet été, qui a vu évincer du gouvernement italien Matteo Salvini et son parti « La Lega », n’a pas réellement modifié la donne politique pour l’Église et les catholiques. Comme partout, il y a en Italie des catholiques et des prêtres italiens de droite comme de gauche et ils ont pendant un demi-siècle cohabité au sein du Parti démocrate-chrétien (DC). La disparition de celui-ci a redistribué les cartes. Les catholiques ont renoncé jusqu’à présent à créer une nouvelle DC et ont gagné tous les partis, espérant pouvoir en influencer la ligne politique, ce qui a bien été le cas pour des questions éthiques telles que la dépénalisation de l’euthanasie. C’est ce qu’on appelle en Italie le « Parti catholique transversal ».

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

Au Liban, le fait religieux n’est jamais du simple ressort de la sphère privée. L’assignation identitaire confessionnelle est en effet imposée aux individus dès leur naissance. Parallèlement, le repli confessionnel territorial opéré durant les années de la guerre civile (1975-1990) s’est poursuivi dans la période d’après-guerre. Récemment, ce phénomène s’est accéléré avec l’aggravation des conflits régionaux (la guerre en Syrie et au Yémen, le conflit irano-golfique) qui, en prenant l’aspect d’une lutte identitaire de type confessionnel, ont eu des répercussions sur la scène intérieure libanaise. Celles-ci se traduisent notamment par la prolifération accentuée d’idéaux confessionnels et le durcissement de l’identité religieuse, et ce dans une atmosphère de rivalité permanente entre communautés.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

Dans de nombreux pays, le religieux et le politique se croisent et la plupart du temps s’enchevêtrent au point de devenir indéfectiblement partie prenante d’une même dynamique. C’est le cas en Iran, en Arabie Saoudite, en Indonésie, etc. Dans d’autres comme la Belgique, la France ou l’Allemagne, c’est la séparation institutionnelle qui prime. Il y a toutefois des cas, comme la République démocratique du Congo (RDC), où les choses ne sont pas si claires. Alors que le principe de laïcité est clairement affirmé dans sa Constitution, dans les faits, son fonctionnement est celui d’un Etat théologico-politique qui articule de manière indistincte le religieux et le temporel.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES
lundi, 14 janvier 2019 09:59

Le mai '68 des catholiques

L'invitée ORELA est Cécile Vanderpelen-Diagre, professeure à l'Université libre de Bruxelles, directrice du Centre interdisciplinaire d'Etude des Religions et de la Laïcité (CIERL) et directrice de la Maison des Sciences humaines (MSH). Spécialiste du catholicisme contemporain et en particulier des intellectuels catholiques, elle étudie l'impact des transformations sociales et culturelles de nos sociétés sur le monde catholique, des années 1950 à nos jours. Alors que vient de s'achever l'année 2018, elle analyse ici, cinquante ans plus tard, le mai '68 des catholiques.

Publié dans ANALYSES

En novembre 2018, l’Église belge a, pour la première fois, publié un rapport annuel. Élaboré à la demande de la Conférence des évêques par Stéphane Nicolas et Jeroen Moens en collaboration avec Wim Vandewiele (KU Leuven) et Catherine Chevalier (UCLouvain), le document, fort de près d’une centaine de pages et richement illustré, brosse un portrait chiffré très complet de l’Église catholique en Belgique. On y trouvera une foule de données devenues généralement inaccessibles depuis la fin de la publication de l’Annuaire catholique de Belgique, dont la dernière édition portait sur l’année 2006. Le rapport publié en novembre 2018 présente, sauf exception, des données relatives à l’année 2016.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

En Italie, l’Église est toujours intervenue pour indiquer à ses fidèles en faveur de qui voter. Toutefois, lors des élections du 4 mars dernier, presque tous les partis politiques italiens, de l’extrême-droite à la gauche, assuraient absolument convenir aux catholiques. Comment, dans ce panorama complexe, l’Église italienne a-t-elle pu donner tout de même des consignes de vote à ses fidèles ? Pour avoir une réponse à cette question, nous avons analysé les conseils électoraux de la Conférence épiscopale italienne, de la puissante organisation ecclésiale « Comunione e Liberazione » et de la revue jésuite Civiltà Cattolica.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES
Page 1 sur 4
Aller au haut